barreverte 10385

  • Bandeau Du Haut 1

    Institut du Goût Nouvelle Aquitaine

    Observatoire du Goût

  • Bandeau Du Haut 2

    Institut du Goût Nouvelle Aquitaine

    Formation d'ambassadeurs du Goût

  • Bandeau Du Haut 3

    Institut du Goût Nouvelle Aquitaine

    Evénements découverte du Goût

Actualités

BLONDE D'AQUITAINE

BLONDE D'AQUITAINE
  Issue de 3 rameaux du Sud-Ouest, la race Blonde d’Aquitaine est particulièrement attachée à son terroir. L’élevage de Blondes d’Aquitaine dans le berceau de la race reste traditionnel au sein d’exploitations familiales. Les animaux sont élevés en plein air, pâturent une grande partie de l’année et bénéficient d’une présence quotidienne de l’homme indéniable.
  Cette race rustique s’adapte à tous les climats et terroirs si bien qu’il s’agit de la première race transhumante sur la chaîne pyrénéenne, principalement en Pyrénées occidentales (64 et 65).
  Les Labels Rouges relatifs à la race Blonde d’Aquitaine valorisent la finesse de sa viande. Elle a des caractéristiques particulières, peu de gras, et une tendreté exceptionnelle.
  La Blonde d’Aquitaine offre un fort rendement et une valorisation remarquable de tous ses produits, des morceaux nobles aux morceaux les plus bas de gamme. Elle permet d’élargir la palette de l’offre gastronomique « boeuf ». Un véritable travail de valorisation de tous les morceaux se développe d’ailleurs au sein de la race.
  La Blonde fait partie intégrante du patrimoine du berceau de race, de par son ancrage historique et géographique.
  Aujourd’hui ses qualités sont largement reconnues, puisque sa présence se développe depuis plusieurs années en dehors de son berceau de race.
  La Confrérie de la Blonde de Sauveterre de Béarn se donne pour mission de défendre les vertus de la Blonde, en adoubant des grands du monde agricole, sportif et politique qui lui jurent fidélité.
  Informations: www.blonde-aquitaine.fr 

 

Lire la suite

TOMATE de MARMANDE

Un peu après l’arrivée du train dans la deuxième moitié du XIXe siècle, arrive en effet de son côté le phylloxera, en 1863. Il ravage une économie locale qui repose sur le vin et signe un des plus grands désastres qu’a connu le vignoble.

C’est après 1880 que les campagnes autour de Marmande vont découvrir leur fonction maraichère. Suite à cette crise et à la faveur des premiers comices agricoles, les puissants mandataires de Bordeaux encouragent la culture de la « pomme d’amour » – appelée aussi la « pomme d’or » – pour fournir les halles de Paris ou de Londres. La tomate se développe alors dans la riche plaine de la Garonne, du côté de Tonneins et de Marmande.

La ville de Marmande se spécialisera dans la culture de la tomate. Elle est honorée le temps d’un week-end et comme chaque année, la ville fête son histoire, son goût et l’avenir de la tomate.

Marmande est LE bassin de production de la tomate en Nouvelle-Aquitaine. La terre y est riche. Le fruit y puise toute sa saveur et sa fraîcheur.

Il existe de nombreux producteurs artisanaux de tomates de Marmande, dont le Grand Maitre de la Confrérie des Chevaliers de la Pomme d’amour. « Pomme d’amour », c’est ainsi qu’on appelait la tomate au Moyen-Âge.

Le succès est immédiat. Marmande et ses alentours se couvrent de pieds de tomates « Merveille des Marchés » ou « Pondorosa ». Selon les travaux du chercheur local André Silvestro, c’est un horticulteur marmandais, Pierre Gautriaud, qui a l’idée de percher les pieds tomates sur un tuteur. La production s’en trouve plus abondante et la tomate de qualité supérieure. Le fruit s’impose comme le meilleur des légumes… La consommation par habitant de l’Hexagone est de 14 kilos par an. Ce qui fait de la tomate le produit chouchou des Français après la pomme de terre. 

Lire la suite

En partenariat avec : region 

Contact : Institut du Goût Nouvelle-Aquitaine - 16 rue Charles Peguy 33600 PESSAC - Tél : 06 85 83 89 80 - gout.nouvelleaquitaine@gmail.com 

Site réalisé par Internet Bordeaux LOGO internet bordeaux mini 2a594 - Mentions légales

Site utilisant des cookies.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

En application de la directive européenne dite " paquet télécom ", les internautes doivent être informés et donner leur consentement préalablement à l'insertion de traceurs. Ils doivent disposer d'une possibilité de choisir de ne pas être tracés lorsqu'ils visitent un site ou utilisent une application. Les éditeurs ont donc l'obligation de solliciter au préalable le consentement des utilisateurs. Ce consentement est valable 13 mois maximum. Certains traceurs sont cependant dispensés du recueil de ce consentement.

S'informer sur le site de la CNIL.